penderie1

Bon, je m'excuse platement pour vous avoir mis le bourdon avec mon évocation déprimante du Tchad. Mais ce matin, avec le soleil qui pointait son nez, j'ai eu envie de vous ressortir un extrait joliment coloré de ma penderie africaine, et de vous parler d'un aspect tout à fait réjouissant de ma vie là-bas.
Je n'avais pas pu emmener ma machine à coudre à N'djaména, snif, ça ne rentrait pas dans mes 25 kilos de bagages. Donc pas de couture, ni de vrais magasins de vêtements sur place non plus. Mais comment faire??? Eh bien j'avais le luxe absolu: j'allais acheter mes tissus, au marché ou chez les Nigerians, je faisais plein de petits croquis, et hop j'allais chez le tailleur pour les faire coudre. J'avais même le choix entre aller voir Monsieur Mahmat, couturier-tailleur de métier, dans sa petite échoppe, et Narcisse, styliste en devenir (qui était bien frustré avec moi, parce qu'il trouvait mes dessins trop "sobres", pas assez de froufrous!...)

Visite guidée...

penderie2
penderie

Je me forçais toujours à choisir les tissus les plus sobres pour pouvoir les remettre ici. Mais revenue en France, j'ose à peine les porter, tellement je me sens roots dedans. C'est dommage, je sais. Et vous, vous en pensez quoi de mes petites créations?

Edit d'un peu plus tard: merci pour vos commentaires! Mais je me rend compte que je me suis peut-etre mal exprimée, et que je passe pour une vilaine snobinarde (si, si, avouez-le, les filles!) ... Petites précisions alors: ça ne se voit peut-etre pas bien sur les photos mais ce sont des vrais vêtement africains: ils sont amples (à cause de la chaleur), les tissus ne "tiennent" pas forcément très bien et se froissent très vite, les coupes ne sont vraiment cintrées (pour le confort et re-la chaleur), et les imprimés de certains sont TRES vifs. Alors, oui je les adore ces vêtements, mais pour la plupart, je n'arrive pas vraiment à les porter ici. En plein été, ça peut passer, mais au boulot, il faut quand même assumer le look "vacances"! :-)