A l'heure où on se dit: "Chouette, plus que la moitié de faite!" ou bien "Tiens, déjà la moitié de passée", un petit bilan très bla-bla-bla à mi-grossesse:

- Des nausées, des nausées, des nausées, les trois premiers mois... et un appétit qui a un peu disparu depuis. No more cupcakes, muffins and co depuis des mois. J'écoute mes hormones (qu'il ne faut surtout pas contrarier) et je me soigne au fromage blanc, aux radis et aux cornichons aigre-doux. Yum!
- Des nausées, des nausées, des nausées, les trois premiers mois... et le plaisir de rentrer dans des jeans de grossesse taille 36 en disant: "Waaah, mais c'est vaaaachement grand!"
- Un tout petit bedon qui fait que personne ne me cède jamais sa place dans le métro, même si je me cambre bien, en mettant une main sur mon ventre et l'autre sur mon dos, en soufflant d'épuisement. (Oui, j'ai essayé)
- Un tout petit bedon qui me permet quand même de rentrer dans quasi toutes mes fringues d'avant, et qui me donne l'impression de flotter dans mes robes japonaises. (Noooon? Incroyable!)
- Avant, je regardais vivre cette jolie famille et celle-ci en disant: "Les familles nombreuses, ça doit être top. Et puis je me verrais bien vivre 4 ou 5 grossesses. Pas toi, mon chéri?"
- Maintenant que j'entame péniblement le chapitre des méchantes infections u., reflux gastriques et brulures d'oesophage, je dis: "C'est quoi, déjà, la moyenne nationale? 1,8 enfant? Je trouve ça bien suffisant, pas toi chéri?"
- Avant, j'écoutais les conseils des femmes ô so matures qui me répétaient: "Tu verras, les trois premiers mois sont un peu fatiguants, mais le deuxième trimestre, c'est l'é-cla-te-to-tale!"
-Maintenant, je me demande avec inquiétude à quoi ressemble le troisième trimestre...
-Pas bien: se faire réveiller à n'importe quelle heure de la nuit par un bébé gigoteur.
-Trop bien: se faire réveiller à n'importe quelle heure de la nuit par un bébé gigoteur.
- Des sourires émus devant le rayon layette du monop', des larmes à peine cachées devant les bébés des autres, d'accord. Mais comment vous expliquez mon indifférence totale face aux épisodes les plus sanguinolents d'Urgences, ou mes sanglots interminables devant l'Age de glace 3, hmmmm?
- A la fois un stress incroyable ("En retard pour ça, et je dois envoyer ça, et je n'ai pas encore fait ça...") et une zénitude exemplaire ("Mais qu'est ce qui a de l'importance, après tout, à part LUI... ou ELLE?") que je souhaite à toutes de connaitre un jour...

bebe