• C'est la question qu'on se pose chaque année avant les fêtes quand on est une coutureuse-aventurière (ou une aventureuse couturière) qui se respecte.
  • C'est la question qu'on se pose TOUS les matins, quand on enfle comme moi du ventre, et qu'on ne sait pas où ça va s'arrêter... (un indice: ce n'est pas de l'aérophagie)

Et cette fois, j'étais pile à l'heure pour ce petit défi: une robe de fêtes, en utilisant un coupon de tissu de mes stocks, en décalquant un patron japonais tel quel, SANS le modifier, pour un modèle qui me laisse respirer et permet de prendre même encore de l'ampleur. Sans rire! Ce qui m'amène donc à cette autre question existentielle:


robe1

Modèle 13, de ce livre japonais, copié à fond (et j'assume en plus, ah ah!), sur la version de Clélia.
Tissu en velours Wowo, biais rose fushia pour la bonne mine


Ah oui, pour apprécier le biais rose fushia, il vous faut un peu de couleurs quand même...

robe2
Et me voila prête à danser jusqu'au bout de la nuit à veiller péniblement jusqu'à 23h! ;-)

***
Les autres fétardes chics sont par ici...